[]

Accueil du site > Concerts > Interprètes > Guilhem Terrail

Guilhem Terrail

Contre-ténor

Né à Paris, Guilhem Terrail com­mence la musi­que par le piano à l’âge de cinq ans, puis intè­gre la maî­trise des Petits Chanteurs de Saint-Louis. Après des études au jeune chœur de Paris avec Laurence Equilbey, au CRD de Pantin et au CRR de Boulogne-Billancourt, il se consa­cre à la voix de contre-ténor. Il se per­fec­tionne auprès de Robert Expert et s’impose rapi­de­ment comme soliste.

JPEG - 35.9 ko

Très appré­cié dans la musi­que contem­po­raine, Guilhem Terrail incarne sur scène les rôles Pape Clemente VIII dans Giordano Bruno de Francesco Filidei (créa­tion mon­diale), Aimar dans Thanks to my eyes d’Oscar Bianchi (rem­pla­ce­ment au pied levé), Le Tambour-Major dans Chantier Woyzeck d’Aurélien Dumont (créa­tion mon­diale), Henri III dans Massacre de Wolfgang Mitterer, Nico dans Avenida de Los Incas 3518 de Fernando Fiszbein. Il crée en concert Garras de Oro de Juan Pablo Carreño et Fragments d’Ausias March de Joan Magrané Figueras. En 2017 il chante Beiseit de Heinz Holliger ainsi que The Garden de Matthias Pintscher, et crée L’évangéliste de la Passion selon Saint-Marc de Michael Levinas.

Il se pro­duit sur des scè­nes pres­ti­gieu­ses tel­les que la Philharmonie de Paris, le Capitole de Toulouse, l’opéra de Lille, le Théâtre Athénée-Louis Jouvet, la Casa de Musica de Porto, le Piccolo Teatro de Milan, le Teatro Valli de Reggio Emilia, la Sartory-Säle de Cologne. Il a col­la­boré avec des chefs et des orches­tres tels que Raphaël Pichon et l’ensem­ble Pygmalion, Maxime Pascal et le Balcon, Peter Rundel et l’ensem­ble Remix, Matthias Pintscher, Bruno Mantovani et l’ensem­ble inter contem­po­rain, ou encore Léo Warynski et l’ensem­ble Modern.

Grâce à la richesse de son tim­bre, Guilhem Terrail s’aven­ture régu­liè­re­ment vers la musi­que du XIXème siè­cle, il chante notam­ment Orlovsky dans La Chauve-Souris de Johann Strauss au fes­ti­val des Folies d’Ô 2017 de Montpellier. En réci­tal il chante régu­liè­re­ment la mélo­die fran­çaise et le lied (Fauré, Duparc, Brahms, Mahler...).

Présent également sur la scène baro­que, il chante régu­liè­re­ment au concert les pas­sions et can­ta­tes de Bach, ainsi que les ora­to­rios de Vivaldi et Händel. Passionné de musi­que d’ensem­ble, Guilhem Terrail se pro­duit régu­liè­re­ment avec l’ensem­ble Gilles Binchois, dirigé par Dominique Vellard.

Guilhem Terrail est lau­réat du prix d’hon­neur de chant du concours Léopold Bellan 2013 et du pre­mier prix homme ainsi que du prix de la mélo­die fran­çaise au concours inter­na­tio­nal de chant de Vivonne 2014.

Guilhem Terrail dirige également deux chœurs pari­siens, le chœur de L’uni­ver­sité Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ainsi que le chœur de cham­bre Calligrammes (avec Estelle Béréau).

05/2018