[]

Accueil du site > Concerts > Interprètes > Christophe Einhorn

Christophe Einhorn

Ténor

C’est au Conservatoire de Strasbourg, dans la classe d’Elisabeth Dillenschneider, que Christophe Einhorn obtient une médaille d’or de chant. Parallèlement, ses études uni­ver­si­tai­res abou­tis­sent à une licence en musi­co­lo­gie. Par la suite, il fait par­tie du Studio Versailles Opéra, dirigé par René Jacobs et Rachel Yakar. Depuis, il se per­fec­tionne avec Ernst Haefliger, Nicolai Gedda et Scot Weir.

JPEG - 8 ko

Christophe Einhorn fait ses débuts sur scène au Théâtre des Champs-Élysées, dans Giasone de Cavalli. Il aborde par la suite de nom­breux rôles : Acis dans Acis et Galatée de Haendel, Castor dans Castor et Pollux de Rameau, Clotarco dans Armida et Nencio dans l’Infedeltà Delusa de Haydn, Don Henrique dans Les Diamants de la cou­ronne d’Auber, Gonzalve dans L’Heure Espagnole de Ravel, Tanzmeister dans Ariane auf Naxos de R. Strauss, jusqu’aux com­po­si­tions les plus contem­po­rai­nes, tel­les que les Nouvelles his­toi­res sacrées pro­dui­tes par l’ARCAL.

Son réper­toire de pré­di­lec­tion reste cepen­dant l’ora­to­rio : Le Messie de Haendel, La Création de Haydn, Elias et Lobgesang de Mendelssohn. Christophe Einhorn est avant tout spé­cia­liste de Bach, tant pour les ora­to­rios, les can­ta­tes, le Magnificat, la Messe en Si, que pour les Passions qu’il inter­prète le plus sou­vent. À l’occa­sion d’une Passion selon Saint-Jean, le jour­nal ber­nois der Bund, reconnaît en lui L’Evangéliste né.

Il est l’invité de nom­breux ensem­bles, et se pro­duit en outre avec l’orches­tre de la Suisse Romande, la Camerata Bern, l’orches­tre de cham­bre et l’Ensemble vocal de Lausanne, le SWR Radio-Sinfonieorchester Stuttgart ainsi que dans le cadre des Festivals de Schwetzingen, du Schleswig-Holstein et de Leipzig. Christophe Einhorn a tra­vaillé, entre autres, avec Roy Goodman, Hervé Niquet, René Jacobs, Christophe Coin, Leopold Hager, Pierre Cao, Michael Schneider, Martin Gester, Joshua Rifkin, Helmuth Rilling, Michel Corboz.

En février 2002, il sera en tour­née au Japon avec le Requiem de Mozart et la Passion selon Saint-Jean de J.-S. Bach sous la direc­tion de Michel Corboz. Par la suite, il se pro­duira dans la Flûte enchan­tée de Mozart sous la baguette de Sigiswald Kuijken.

En juin 2004, Christophe Einhorn a chanté sous la direc­tion de Marc Mikovski à l’opéra de Madrid.

À son actif figu­rent plu­sieurs enre­gis­tre­ments radio­pho­ni­ques et TV ainsi qu’une dis­co­gra­phie com­pre­nant notam­ment : Castor et Pollux de Rameau, Kantate BWV 78 et Messe BWV 236 de J.-S. Bach, Stabat Mater de Beck, Renard et Les Noces de Stravinsky, Le Mystère de la Nativité de Frank Martin, Les Diamants de la cou­ronne d’Auber, ainsi que Pierre le Grand de Grétry.

07/2009