[]

Accueil du site > Concerts > Compositeurs > Camille Saint-Saëns (1835-1921)

Camille Saint-Saëns (1835-1921)

JPEG - 10.6 ko

Musicien excep­tion­nel­le­ment doué, Saint-Saëns com­mence à com­po­ser à l’âge de six ans, et il fait ses débuts de pia­niste en 1846 à la salle Pleyel. Dès lors, il ne quit­te­ra plus le piano dont il sera l’un des vir­­tuo­ses les plus accom­plis et ne ces­sera de com­po­ser qu’à la veille de sa mort.

1849 : Il entre au Conservatoire, dans la classe d’orgue ; c’est un impro­vi­sa­teur re­­mar­qua­ble : Liszt le salue comme "le pre­­mier orga­niste du monde".

1852 : La Société Sainte-Cécile cou­ronne son Ode à Sainte-Cécile.

1853 : Création de sa Symphonie n°1, Gounod l’encou­rage. Il est nommé orga­­niste à Saint-Merri qu’il quit­tera en 1858 pour tenir l’orgue de la Madeleine (ce qui lui vau­dra une répu­ta­tion de vir­tuose et de maî­tre de l’impro­vi­sa­tion) jusqu’en 1877, date à laquelle un héri­tage lui per­met­tra de se consa­crer uni­que­ment à la com­po­si­tion et à la direc­tion d’orches­tre.

1858 : Avec son 1er Concerto pour piano, Saint-Saëns innove dans cette forme musi­­cale délais­sée par les com­po­si­teurs fran­­çais.

1871 : Il est l’un des fon­da­teurs de la So­ciété Nationale de Musique des­ti­née à pro­mou­voir la jeune musi­que fran­çaise te­­nue à l’écart des grands concerts.

1875 : Il épouse Marie Truffot dont il aura deux enfants qui mour­ront en bas âge.

1891 : Il crée un musée à Dieppe (ville na­­tale de son père), auquel il fait don de ses manus­crits, de ses objets d’art et de sa col­­lec­tion de tableaux.

1895-1914 : Il super­vise pour l’éditeur Durand la publi­ca­tion des œuvres com­­plè­tes de Jean-Philippe Rameau, qu’il dé­­fend depuis tou­jours.

Saint-Saëns mènera une exis­tence iti­né­­rante jusqu’à sa mort afin de diri­ger ses œuvres dans le monde entier. Il fut un pion­nier dans le domaine de la musi­que de cham­bre et l’un des réno­va­teurs de la sym­pho­nie.

Berlioz dira de lui :

C’est un maî­tre pia­­niste fou­droyant... et l’un des plus grands musi­ciens de notre époque.

Il aura comme élèves Fauré, Messager. Il rece­vra de nom­breu­ses dis­tinc­tions et sera élu à l’Institut de France .Saint-Saëns est l’homme qui sait le mieux la musi­que du monde entier " écrira Debussy qui pour­­tant n’aimait guère le com­po­si­teur...